BIOGRAPHIE CRESCENDIENNE : Patrice Mathias

Nous terminons notre passage en revue des « anciens » membres de l’association avec Patrice Mathias qui assure donc la co-présidence avec Marie Reix. Bergeracois tout au long de l’année, il n’en est pas moins St Palaisien de cœur depuis qu’il a découvert le festival Crescendo.


Tu es depuis 2011 co-président de l’association Crescendo. Quand et comment as-tu découvert le festival ? Tes 1ères impressions, quelles furent-elles ?
Bonjour à tous. J’ai découvert le festival lors de la 2ème édition à laquelle je n’ai malheureusement pu assister. Mostly Autumn jouait la veille dans un camping à Sarlat et j’avais prévu le petit dèj chez moi à Bergerac. En rentrant vers 4h du mat, j’ai explosé ma voiture en évitant un chevreuil et fais un tonneau dans un champ de maïs. J’ai pu rentrer chez moi tant bien que mal. Le groupe est venu déjeuner et il a continué sa route pour Crescendo, mais sans moi… Je me suis bien rattrapé depuis et je n’ai raté que 3 éditions. J’ai été enchanté par le cadre et par la proximité avec les artistes.

Habitant la Dordogne, étais-tu impliqué dans le (défunt) festival de Rock Progressif "Horizons Rock" de Sarlat ? Si oui, quels souvenirs gardes-tu ?
J’étais effectivement dans le trio de Triangle en tant que secrétaire, malheureusement l’aventure a dû cesser faute de participants, l’audience était trop faible pour survivre. Rayon souvenirs il y en a des tas, je vais en isoler quelques-uns : Une leçon de basse donnée par John Jowitt (IQ, Arena...) qui m’a montré comment jouer « It All Stops Here » (IQ) sur sa basse. Un autre avec Andy Powell (Wishbone Ash) qui m’a invité à me poser dans sa loge et partager un whisky. Des Aller-Retour Sarlat/Bordeaux avec ma vieille BX transportant The Flower Kings en pleine nuit…


Qu’est-ce qui t’a donné envie d’intégrer l’association Crescendo ? Qu’est-ce qui donne l’énergie nécessaire pour que l’engagement dans une telle aventure dure, en dépit d’une charge de travail parfois importante et de moments parfois plus difficiles à gérer ?
Seb m’a contacté pour intégrer le staff en 2007 et m’a demandé de mettre en place le site du Concié. Le baptême du feu a été épique, Seb et Francis bloqués à l’aéroport avec leurs batteries de portable vides et moi avec toutes les galères possibles et imaginables, un gros coup de speed pour moi, mais avec une équipe de choc de bénévoles, tout s’est mis en place sans soucis.

Quel est ton rôle en tant que co-président ?
Le titre est ronflant mais en réalité, je me focalise sur la tâche principale qui est de mettre en place toutes les infrastructures sur le site du Concié, je gère la promo radio et les pages Facebook, je fais les démarches auprès des prestataires Lumières et Scène et autres prestataires de services, le village artisanal, bref beaucoup de petits trucs.


Pour le festival, tu t’occupes du site (mise en place, gestion et démontage). En quoi cela consiste-t-il ?
Je fais le lien entre les différents services municipaux et l'équipe Crescendo ainsi que les bénévoles travaillant sur le site. Généralement cela commence le mardi par le montage de la scène, cela prend presque la journée, le mercredi est consacré à la construction du site (stands merchandising, restauration, catering). Le mercredi soir l'ami Sylvestre passe la nuit en gardiennage sur le site, le jeudi matin on fait les finitions, mais cette année sera un peu plus speed car je n'aurai les stands verts que le jeudi matin, les bénévoles seront les bienvenus pour aider à faire le taf du mercredi en une matinée. Le jeudi en début d'après-midi le village artisanal se met en place et le dimanche matin (après les orages et tempêtes), on démonte tout. Encore une fois je vais tirer un énorme coup de chapeau aux bénévoles et Amis Imbibés qui font un boulot de dingue avec une efficacité exceptionnelle. L'an dernier après avoir fait tomber le grill de scène, je me suis retourné avec Sylvestre et j'ai été bluffé, tous les stands étaient démontés, les tables et chaises rangées et les friteuses nettoyées, ça c'est vraiment l'esprit Crescendo !

Quel est ton meilleur souvenir  de concert à Crescendo ?
Il y en a tellement… Chaque année apporte son lot de souvenirs mais je vais citer l'année ou Gens de La Lune a invité tout le staff et les groupes présents à venir sur scène pour un final Dantesque, « C'no Péran » (patois Franc-Comtois) repris en chœur par toutes les nationalités présentes, ce n'est pas rien !


Aurais-tu une anecdote à nous raconter ?
Comme pour les souvenirs il y en a des tonnes. L'année ou Lazuli a joué, Hassan Hajdi le guitariste de Ange et grand fan de Lazuli m'a demandé de lui trouver un hébergement pour pouvoir assister au festival. Je lui ai proposé un deal, à savoir  de jouer avec Lazuli contre l'hébergement et ça a donné un bœuf magistral sur « Naïf » en version percu, léode et guitare, une vidéo est visible sur YouTube.

Le festival va fêter ses 15 étés. Quelles sont tes aspirations pour les cinq prochaines années ?
Avoir toujours autant l'envie de faire partager ces moments magiques, et réussir enfin à obtenir des subventions dignes de l'évènement, car depuis 3 ans c'est vraiment très dur. Francis s'arrache les cheveux chaque année et même s'il a de la marge par rapport aux autres membres du bureau ça serait dommage d'être responsable de sa calvitie…

Peux-tu nous donner trois noms de groupes que tu aimerais voir programmés au festival et qui bien sûr répondent aux critères de sélection ? Et pourquoi ?
Mystery car c'est le seul groupe québécois qui n'a pas encore été programmé mais je pense que ça devrait se faire. Spock's Beard car ils ont vraiment l'esprit « Crescendo ». Anima Mundi et The Watch ont eux aussi les critères de tarifs. J’aimerais aussi beaucoup revoir Lazuli, Mörglbl et Gens de la Lune avec leur nouvel opéra rock sur Jean Deubel (NDLR : message subliminal envoyé au programmateur tout-puissant).