A la rencontre de Franck Carducci

Avec son premier album solo, « ODDITY », Franck Carducci se lance en tant que compositeur.


Franck, tu es multi-instrumentiste. Depuis quand t’intéresses-tu à la musique ?  Quel est ton parcours ?
J'ai commencé la musique par le piano à l'âge de 5 ans. J'ai ensuite découvert la guitare vers l'âge de 11 ans. Premiers groupes de rock et premiers concerts autour de 14 ans... Bien sûr, ça a pas mal évolué depuis cette période.



Peux-tu nous expliquer comment ton 1er album solo «ODDITY» a vu le jour ?  Peux-tu nous le décrire en quelques mots ?
Ça s'est fait très simplement, en fait. Je composais régulièrement des morceaux, que j'enregistrais sous forme de maquettes et qui finissaient tous par moisir au fond de mon ordinateur. Je n'avais jamais pensé qu'ils pourraient "servir" à quelque chose, même  lorsque mes amis ou collaborateurs me conseillaient d'en faire un vrai album à mon nom. J'ai toujours pensé que ce serait inutile. Un jour, j'ai eu la chance de rencontrer et nouer des liens avec l'un de mes héros d'enfance, Steve Hackett, qui, après plusieurs discussions, m'a également conseillé de sortir un album. Il m'a dit qu'il fallait que je le fasse juste pour moi, "égoïstement", sans me préoccuper de savoir si ça allait plaire au public ou pas. De cette manière, je ne serais pas déçu et n'aurais pas de regrets de l'avoir fait. Quand quelqu'un d'aussi important pour vous, vous donne un conseil comme celui-là, il vous reste juste une chose à faire ... et c'est ce que j'ai fait!


Qu'est-ce que cela t'a apporté de passer du statut d'interprète à celui d'auteur-compositeur-interprète ?
Je dirais principalement des opportunités de faires des concerts en première partie d'artistes que j'admire.

Combien de musiciens ont participé à sa réalisation ?  Certains seront-ils présents au Festival CRESCENDO ?
Comme l'a souligné récemment Steve Wilson, le gros avantage de faire un projet solo, c'est la liberté de pouvoir faire appel à qui on veut, sans contraintes et sans compromis. Il y a aussi des désavantages, mais c'est une autre histoire ... Pour « ODDITY », c'est en tout une bonne quinzaine de musiciens qui y ont participé, certains d'entre eux seront présents au festival Crescendo.


Quels sont tes projets ?  As-tu d’autres concerts en vue dans l’Hexagone ?  Y-a-t-il un autre album en gestation ?
J'ai un nouvel album en cours de gestation et je cherche des financements pour m'aider à le réaliser, ou alors un label sérieux qui souhaiterait s'en occuper. J’ai également un nouveau clip pour succéder à Alice : www.youtube.com/watch?v=be6F7K2zh_k. Le but étant, évidement, de faire un maximum de concerts pour promouvoir ce nouvel opus. Les concerts de prog-rock sont assez rares en France, j'espère en faire plusieurs dans le Sud-Ouest cet été. Francis Decamps (Ange, Gens-de-la-Lune) qui a beaucoup aimé « ODDITY » m'a proposé de faire sa première partie lors du Didou-Day à Roubaix, le 11 Mai 2013.

Tu es Français mais tu vis aux Pays-Bas. Le rock progressif est-il là-bas aussi marginal qu’en France ?
Le rock progressif est un style assez marginal ici également, mais beaucoup de clubs organisent des concerts en tous genres très régulièrement, y compris du Rock Progressif/Psychédélique. Il y a également une dizaine de festivals prog chaque année organisés par et pour les aficionados. Des artistes comme Steven Wilson ou Steve Hackett se produisent à Amsterdam assez régulièrement.


Ton livre de chevet et ton dernier coup de cœur musical ? 
Je viens juste de finir de lire "Dr Jekyll and Mr Hyde". Je redécouvre des vieux "Journey" en ce moment, en attendant la sortie du nouveau Steven Wilson, à qui je compte rendre visite lors de son passage à Amsterdam en mars prochain. J'en profiterai pour acquérir l'album à cette occasion.

Avais-tu déjà entendu parler du festival Crescendo et qu'attends-tu de ton passage sur cette scène?
Bien sûr, c'est l'un des plus gros festivals prog, et l'un des rares en France (malheureusement). Le fait que ce festival se fasse dans une région assez touristique, en été et qu'il soit gratuit pour les spectateurs lui donne une image tout à fait particulière. C'est l'occasion pour des artistes ayant l'étiquette "prog" d'être découverts par un nouveau public, un public plus large que juste les fans de rock progressif. Une occasion unique que j’attends avec impatience !